Show simple item record

dc.contributor.author
Gillet, Valentin
dc.date.accessioned
2021-02-18T12:22:50Z
dc.date.available
2021-02-10T13:23:48Z
dc.date.available
2021-02-18T12:22:50Z
dc.date.issued
2021
dc.identifier.other
10.4000/insitu.30377
en_US
dc.identifier.uri
http://hdl.handle.net/20.500.11850/468859
dc.identifier.doi
10.3929/ethz-b-000468859
dc.description.abstract
D’abord réservées à des bâtiments industriels érigés en périphérie urbaine, l’introduction inopinée des ossatures de béton armé dans l’architecture résidentielle et commerciale, au tout début du xxe siècle à Paris, suscita des solutions constructives nouvelles pour le remplissage et le revêtement de ces structures filigranes. Afin de protéger ces ossatures déjà perçues comme vulnérables par les contemporains, le carreau de grès cérame fut assigné au revêtement extérieur des immeubles à la suite d’une baisse des prix et de l’amélioration des propriétés du matériau, en particulier sa résistance au gel. Répartis de façon irrégulière sur le territoire parisien, une trentaine d’immeubles de ce type furent construits entre 1900 et 1914 pour le compte d’une maîtrise d’ouvrage à la fois aventureuse et éclairée. En 1907, l’architecte parisien Adolphe Bocage (1860-1927) réalisa un immeuble de bureaux à proximité immédiate de la Bourse de Paris pour le fabricant de crayons établi à Vienne L. & C. Hardtmuth. C’est l’entreprise de construction des frères Perret qui fut chargée de l’exécution de l’ossature de béton armé. L’imposante structure fut intégralement recouverte d’un revêtement de grès cérame fourni par le célèbre fabricant Alexandre Bigot (1862-1927) installé à Mer (Loire-et-Cher). Les traces que l’on observe à la surface des édifices revêtus de carreaux de grès cérame sont le résultat soit des procédés de fabrication, soit des techniques de pose, soit des dégradations survenues ultérieurement. À partir de l’identification et l’interprétation de ces traces, l’article examine la relation constructive entre l’ossature de béton armé et la façade céramique inscrite à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis 1977.
en_US
dc.format
application/pdf
en_US
dc.language.iso
fr
en_US
dc.publisher
Ministère de la Culture et de la Communication
en_US
dc.rights.uri
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/
dc.subject
Paris
en_US
dc.subject
grès cérame
en_US
dc.subject
revêtement architectural
en_US
dc.subject
ossatures béton armé
en_US
dc.subject
histoire de la construction
en_US
dc.subject
techniques de pose
en_US
dc.subject
archéologie du bâti
en_US
dc.subject
Art nouveau
en_US
dc.subject
restauration
en_US
dc.title
Un revêtement céramique sur mesure
en_US
dc.type
Journal Article
dc.rights.license
Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International
dc.date.published
2021-01-14
ethz.journal.title
IN SITU-REVUE DE PATRIMOINES
ethz.journal.issue
43
en_US
ethz.pages.start
1
en_US
ethz.pages.end
25
en_US
ethz.version.deposit
publishedVersion
en_US
ethz.identifier.wos
ethz.publication.place
Paris
en_US
ethz.publication.status
published
en_US
ethz.date.deposited
2021-02-10T13:23:53Z
ethz.source
WOS
ethz.eth
yes
en_US
ethz.availability
Open access
en_US
ethz.rosetta.installDate
2021-02-18T12:23:07Z
ethz.rosetta.lastUpdated
2021-02-18T12:23:07Z
ethz.rosetta.exportRequired
true
ethz.rosetta.versionExported
true
ethz.COinS
ctx_ver=Z39.88-2004&rft_val_fmt=info:ofi/fmt:kev:mtx:journal&rft.atitle=Un%20rev%C3%AAtement%20c%C3%A9ramique%20sur%20mesure&rft.jtitle=IN%20SITU-REVUE%20DE%20PATRIMOINES&rft.date=2021&rft.issue=43&rft.spage=1&rft.epage=25&rft.au=Gillet,%20Valentin&rft.genre=article&rft_id=info:doi/10.4000/insitu.30377&
 Search print copy at ETH Library

Files in this item

Thumbnail

Publication type

Show simple item record